Phase 5  les gallons panoramas

EN COURS

Les gallons-panoramas mettent à découvert l’étude de phénomènes naturels capturés à l’intérieur de pots de peinture lors de nos derniers travaux de récupération et transvidage de matière picturale brute. Cette expérience entraîna la découverte de paysages intérieurs cylindriques riches.

 

Chaque contenant est marqué par le temps. Différents phénomènes naturels sont captés par la paroi intérieure du pot de peinture lorsque ce dernier s’évide — coulure, sédimentation, agglutination, corrosion du support, variation pigmentaire, décantation, écaillage, etc. Pour analyser ces diverses manifestations matérielles, l’objet original est déplié, simplement détourné. L’image résultante de cette action change alors complètement notre regard envers ce contenant produit en industrie qui maintenant dévoile un paysage panoramique inusité.  

 

Les trouvailles sont ensuite numérisées, puis dans certains cas, agrandies. Le déploiement à grande échelle modèle notre expérience perspective. Il fait s’ouvrir un tout autre rapport à l’objet-image. Un nouveau point de vue sur un monde méconnu dans lequel il est possible de se projeter, un monde intérieur devenu extérieur, construit, désormais libre d’interprétation et d’extrapolation, s’offre à nous. L’étude numérique imprimée sur aluminium est un tirage unique et le gallon original fait office de certificat d’authenticité. La valeur de l’agrandissement est déterminée par deux facteurs soit la subvention octroyée pour l’obtention de l’étude et l’environnement immédiat du mécène où celle-ci est installée. Un rapprochement est ainsi établi entre les données des composantes colorimétriques du gallon-panorama choisi et les coordonnées géographiques du site qui mettra en valeur l’étude.

Gallons déployés

En voir plus

exploration en cours

Par l’adoption de la marche comme mode de déplacement, notre environnement de travail s’est étendu. Nous considérons désormais le terrain parcouru régulièrement, soit celui entre le quartier Villeray (lieu de résidence) et le Quartier Latin (lieu d’étude), comme l’espace d’inscription de prédilection de notre démarche actuelle. Nos échanges avec cet espace et la manière selon laquelle nous nous sensibilisons à ce territoire se voient transformés à chacun de nos passages.

 

Cela dit, la cinquième phase du projet sera complétée avec un premier plan-relief qui documentera ces trajets quotidien par la gravure au CNC. Notre mouvement régulier allant du nord au sud et du sud au nord de la ville sera ici rapproché au fonctionnement de cette machine d’usinage à commande numérique qui se déplace latéralement sur l’axe des x. Nous demanderons au CNC de reproduire, avec une mèche de ¼ de pouce de diamètre, les 186 prochains graphiques enregistrés par l’application cellulaire Trail Tracker qui met en relation les dénivelés parcourus en fonction du temps lors des quatre mois de marche à venir (1300 km).

 

En guise de support pour la gravure, 400 couches de peinture (donnant une stratification d’environ ½ pouce d’épaisseur) seront appliquées sur un panneau de contreplaqué (¾ de po) ayant comme dimensions 46 x 46 po. Ainsi s’inscriront les passages de la machine dans la croûte picturale créée à partir de la peinture récupérée dans les gallons abandonnés au bord du chemin que nous collectons le long de notre itinéraire quotidien.

maquettes numériques

© 2018 par Pépite et Josèphe / expedition.phases@gmail.com