phase 9  les galeries mobiles

EN COURS

L’idée est de produire une œuvre qui mettra en forme la démarche Tableau-extension, sans toutefois présenter les véritables œuvres commandées qui ne sont pas conçues pour la galerie et qui, pour être appréciées, ne peuvent être décontextualisées. Nous choisissons donc de faire éclater le concept.

Les gens sont invités ici à se déplacer dans un espace simulé, à en faire l’expérience pour découvrir le volet Tableau-extension de notre démarche qui se présente ici sous la forme de phase 9 : les galeries mobiles.

 

La pénombre et la géomorphologie des reliefs intérieurs captés numériquement ne sont pas sans évoquer les grottes de la préhistoire. Tandis que certaines formes rappellent des objets domestiques qui auraient été ensevelis, les murs touts de blanc recouverts, eux, rappellent les codes du White Cube... À̀ mi-chemin entre les stations spéléologiques, les espaces de vie privés et les salles d’exposition, l’environnement virtuel proposé n’est pas clairement identifiable. Pourtant, il s’agit bel et bien de pièces générées selon la photogrammétrie des espaces domestiques existants pour lesquels nous avons conçu les tableaux.

 

Quand on se déplace d’une pièce à l’autre, il est possible d’entendre la description des tableaux qui est donnée par les collaborateurs-destinataires eux-mêmes. Nous nous intéressons précisément, à travers cette série de peinture spécialisée, à ce que des gens qui ne sont généralement pas issus du milieu de l’art peuvent inspirer et générer comme sujets, comme désirs, comme matérialité, mais aussi comme réflexions en rapport à ce qui est produit comme œuvre d’art. Ces témoignages permettent donc de saisir ce qu’il retourne de ces expériences, car en fin de compte, seuls les gens qui ont investi temps et ressources dans ce service proposé peuvent réellement partager avec justesse ce qui s’est fait.

 

Le travail du matériau est toujours central dans ce que nous entreprenons. Chaque information que nous retenons passe par la malléabilité de la matière. En ce qui concerne cette proposition en réalité virtuelle, le numérique est utilisé comme un matériau. En effet, nous travaillons l’espace des galeries mobiles d’après la découverte de nouvelles géométries numériques. Pour un effet dérivatif, mais aussi de questionnement et de doute, nous privilégions le rendu brut de l’interprétation numérique à une reconstruction hyperréaliste du domicile.

 

Le blanc uniforme de l’espace virtuel actuel joue le rôle de la couche de gesso servant à préparer le support qui sera peint. Les galeries mobiles deviendront prochainement des espaces peints, ou pour être plus exacte, des tableaux tridimensionnels virtuels peints à la main. Pour ce faire, des tableaux synthèses seront produits a posteriori de chaque commande selon la palette de couleurs relevées sur place et les volumes captés par photogrammétrie. (voir méthodologie prévue)

À l’intérieur de cet environnement riche et nouveau se voient donc combinées peinture et réalité virtuelle. Avec phase 9 : les galeries mobiles nous embrassons la peinture. Tout en reconnaissant son aura et son histoire, nous repensons ce médium à la fois pérenne et en constante adaptation ; nous explorons ses propriétés et jouons avec ses limites.    

aperçu des témoignages en galeries

2018

video 3D et témoignages sonores

18mn

points de vue dans les galeries (gesso)

PROCÉDURE À SUIVRE pour obtenir l'environnement virtuel "peint à la main" :

Pour chaque espace domestique investi, une série de pochades monochromes à l’huile sont peintes sur place selon les couleurs dominantes de la pièce.

À partir du fichier 3D de la pièce ¾ obtenu par photogrammétrie ¾ nous faisons une texture map, soit une transposition des polygones de l’espace 3D en un déploiement 2D.

Cette carte de l’espace domestique sera reproduite sur canevas (dimensions 6’ x 6’).

Correspondant à une architecture et à un mobilier réels, les groupes de polygones constituant la carte en canevas seront peints d’après la palette extraite sur place.

Les couleurs ajoutées en surface du tableau pourront alors être appliquées aux volumes constituant l’environnement domestique virtuel. Il suffira de photographier la composition finale peinte à la main et de la faire passer par un processus de projection (UV mapping).

maquette numérique d"une éventuelle installation

© 2018 par Pépite et Josèphe / expedition.phases@gmail.com